À propos de l'artiste

 

Biographie

 

Muséologue, artiste multidisciplinaire et travailleuse sociale, Nora Golic est originaire de Rosario en Argentine. Elle vit et travaille au Québec depuis 2003. 

       

Nora a fait ses études en arts visuels à Beer-Sheva, à Buenos Aires et puis une maitrise en muséologie à la Université du Québec à Montréal. Intéressée par le potentiel créateur des nouvelles technologies, elle suit des formation continues dans plusieurs centres d’artistes à Montréal.  Ses œuvres ont été présentées dans le cadre de nombreuses expositions individuelles, collectives et au sein d’interventions publiques.

  

Inspirée par l’artiste et maître du collage Antonio Berni (1905-1981), Nora explore le mariage de différents matériaux tels que le verre, les métaux, le plastique et différentes matières recyclées. Elle s’est aussi spécialisée dans l’art du verre dans les ateliers de maîtres verriers, notamment avec Mabel Waisman et Claudia Schnaider.

 

Collectionneuse d’histoires de vies, qu’elle interprète et retranscrit en langage visuel, Nora, artiste engagée dans sa communauté, se penche sur la figure humaine essentiellement dans le genre du portrait. Elle s’intéresse à ce que le visage peut transmettre. Dans chaque personnage, Nora déconstruit des expressions, des traits physionomiques et somatiques individuels, intégrés à la sphère de représentation symbolique collective. Bien entendu, chaque œuvre porte sa propre réflexion, mais c’est l’ensemble qui tient le discours communicationnel. 

 

À chaque exposition, Nora renouvelle son défi de provoquer la réflexion et d’entreprendre l’échange créatif d’une façon accessible et simple. L’utilisation de matériaux familiers à tous permet aux observateurs de s’identifier, de trouver des repères et puis de réagir.

 

Démarche Artistique 

 

Influencée par mon parcours de travailleuse sociale au long des années, j’ai développé des stratégies de communication alternatives au dialogue traditionnel. J’ai exercé l’écoute active, l’observation et l’interprétation (lecture) des émotions généralement non verbalisées.

 

Naturellement, comme artiste, j’ai choisi le genre du portrait comme moyen d’expression. Accordant un intérêt particulier à la valeur symbolique de la représentation humaine, je propose dans chaque projet une réflexion sur une série de particularités culturelles et sociales, lesquelles sont intrinsèquement liées.

 

Mes œuvres s’inscrivent dans une démarche d’exploration de concepts et de la matière en continu. Je me sers du collage comme technique de création. J’aime manipuler différents types de matériaux, variés en texture, en volume et en transparence pour créer des pièces uniques qui reflètent des sentiments, des réflexions variées. Dès mes premiers projets à l’École des Beaux-arts, je défiais l’utilisation de matériaux traditionnels et expérimentais plutôt des matériaux recyclés. Ces éléments usagés, comme mes portraits, ont une âme, une histoire à raconter, à faire découvrir. 

 

Depuis quelques années, je crée des œuvres d’art à caractère éphémère. Souvent de grandes dimensions incorporées, temporairement, au milieu urbain. Avec ces projets récents, j’ai abordé la question de la création participative citoyenne comme méthodologie fondamentale dans la stratégie d’inclusion sociale. J’ai exploré, donc, les mécanismes de communication, d’appartenance et de construction d’identités individuelles et sociales à travers l’art.

 

Dans mon travail, je cherche à réveiller les sens et à ’occuper l’espace dans ses trois dimensions. En effet, je choisis l’installation comme mode d’exposition et de communication, car chacun de mes projets est composé de plusieurs éléments, avec une thématique qui les relie, un fil conducteur qui les unit. Certes, chaque œuvre porte son propre message, mais c’est l’ensemble qui tient le discours relationnel.